Lutte contre la corruption en Afrique de l’ouest. Ouagadougou accueille une rencontre sous régionale.

Lutte contre la corruption en Afrique de l’ouest. Ouagadougou accueille une rencontre sous régionale.

Présidium_rencontre_sous_régional1Le Réseau National de Lutte Anti-Corruption a organisé du 21 au 23 mai 2015 à Ouagadougou, une rencontre sous régionale sur le renforcement de la lutte anti-corruption en Afrique de l’ouest. Une fois de plus, il a été réitéré l’engagement pour toutes les parties de s’investir absolument dans les actions pouvant susciter et soutenir une prise de conscience. Selon les indicateurs mondiaux de gouvernance (WGI) de 2013 fournis par la Banque mondiale, la corruption en Afrique subsaharienne est en perpétuelle évolution ces 10 dernières années. De nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest, qui sont pourtant parmi les plus pauvres au monde sont les plus touchés par la corruption. C’est dans cette optique que des organisations de lutte anti-corruption de 12 pays de l’Afrique de l’Ouest se sont réunies pour échanger sur ce fléau qui gangrène  tous les secteurs d’activités et paralyse ainsi le développement économique et social. Le Réseau national de lutte anti-corruption avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a organisé, du 21 au 23 mai 2015 à Ouagadougou, une rencontre autour du thème : « Renforcement de la contribution des organisations de la société civile ouest africaine à la lutte contre la corruption ». Présidium_rencontre_sous_régional2Les participants ont bénéficié de communications sur la détection et la lutte contre les blanchiments de capitaux et les flux financiers illicites en Afrique, sur la méthode de l’Indice de Perception de la corruption et sur le système national d’intégrité de Transparency International, celle d’élaboration de rapport sur l’état de la corruption au Burkina Faso etc. Ils ont également  échangé sur la possibilité d’une rencontre annuelle des organisations sous régionales de lutte contre la corruption. Le Secrétaire exécutif du REN-LAC, Claude Wetta a rappelé dans son mot introductif de la cérémonie d’ouverture de la rencontre qu’il y existait un niveau élevé de corruption en Afrique et partant, en Afrique de l’Ouest. En effet selon l’indice de perception de la corruption (IPC) 2014 de Transparency Internationale, la plupart des pays de cette région du continent se situent dans la zone de corruption endémique. Par ailleurs il a exprimé le vœu de voir les structures de lutte contre la corruption s’investir absolument dans les actions pouvant susciter et soutenir une prise de conscience, avant de saluer l’adoption de la loi portant prévention et répression de la corruption par le Conseil National de Transition (CNT). Présidium_rencontre_sous_régional3Quant au Directeur pays par intérim du PNUD au Burkina Faso, Maleye Diop, Il a qualifié la corruption de carence de gouvernance, le résultat d’un dysfonctionnement des institutions de l’Etat, au regard des données dont le PNUD dispose et qui montrent que la corruption pèse davantage sur les pauvres et fait obstacles aux efforts visant la réalisation des objectifs de développement. « La corruption mine la démocratie et l’Etat de droit, et aboutit à des violations des droits de l’homme, favorise la prospérité du crime organisé, du terrorisme, et d’autres menaces pour la sécurité humaine » a souligné M. Diop. Il a conclu en  réaffirmant le soutien de son institution aux organisations dans leur engagement à lutter contre la corruption.

DECLARATION_DE_OUAGADOUGOU

Imprimer

b24web

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse