Campagne électorale pour les élections couplées du 29 novembre 2015 : Le REN-LAC dénonce des violations flagrantes du code électoral.

Campagne électorale pour les élections couplées du 29 novembre 2015 : Le REN-LAC dénonce des violations flagrantes du code électoral.

Le Burkina Faso est en campagne électorale depuis le dimanche 08 novembre 2015. Pendant 3 semaines pour la Présidentielle et 2 semaines pour les législatives, les candidats vont sillonner le pays pour présenter leurs projets de société et conquérir l’électorat. Les premiers jours de campagne se passent en violation flagrante des textes. Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) appelle les candidats à se ressaisir et à se conformer aux nouvelles dispositions législatives sur la campagne électorale.

Depuis le dimanche 08 novembre 2015, les espaces publics et même privés des différentes localités du pays sont inondés d’affiches des candidats aux élections du 29 novembre 2015. Les panneaux publicitaires des agences de communication, les murs de certaines enceintes publiques sont pavés d’effigies de candidats faisant fi des communiqués des Présidents de délégation spéciale précisant les espaces publics dédiés à cet effet. Les moyens roulants des particuliers aussi sont mis à contribution. En plus des effigies et autres gadgets nous avons pu noter des annonces publicitaires sur des chaines de Radio et de télévision. La presse écrite aussi fait également partie des supports utilisés par certains candidats pour faire de la publicité.

En rappel, de telles pratiques sont prohibées par la Loi n° 005-2015/CNT du 7 avril 2015 en son Article 68 ter ainsi qu’il suit : « Les pratiques publicitaires à caractère politique, l’offre de tissus, de tee-shirts, de stylos, de porte-clefs, de calendriers et autres objets de visibilité à l’effigie des candidats ou symbole des partis ainsi que leur port et leur usage, les dons et libéralités ou les faveurs administratives faits à un individu, à une commune ou à une collectivité quelconque de citoyens à des fins de propagande d’influencer le vote sont interdits quatre-vingt-dix jours avant tout scrutin et jusqu’à son terme».

Outre l’article 68 ter, l’article 69 de la même loi indique clairement que « dans chaque commune, le maire désigne par arrêté, les lieux publics exclusivement destinés à recevoir les (…) affiches électorales. Dans chacun de ces emplacements spéciaux, une surface égale est attribuée à chaque candidat ou à chaque liste de candidats. Tout affichage relatif à l’élection est interdit en dehors de ces lieux (…)».  

Comme ci-dessus mentionné, on constate une violation flagrante de ces dispositions, par ceux-là même qui prétendent diriger le Burkina Faso dans les jours à venir. Quelles attentes devront nous avoir donc vis-à-vis des partis qui promettent lutter contre la corruption dans leurs programmes et qui ne sont pas en mesure de respecter les lois qu’ils ont contribué à voter ?

Le REN-LAC soucieux du respect du code électoral pour une campagne électorale saine, équitable et sans corruption :

– dénonce ces pratiques qui violent les textes en vigueur ;

– interpelle les autorités administratives et judiciaires compétentes pour l’application des sanctions prévues pour ces violations.

 

Le Secrétariat exécutif

Imprimer

b24web

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse