Message du REN-LAC au 13ème Congrès du SYNTSHA

Message du REN-LAC au 13ème Congrès du  SYNTSHA

Mesdames et messieurs les invités au 13ème congrès et au 50ème anniversaire du SYNTSHA,
Chers membres du bureau national et militants du SYNTSHA,
Chers congressistes,
Le Réseau national de lutte Anti-corruption (REN-LAC) voudrait par ma voix, remercier le bureau national du SYNTSHA pour l’invitation à la cérémonie d’ouverture de son 13ème congrès et des manifestations marquant son 50ème anniversaire.
Notre réseau qui est aussi le vôtre, faut-il vous le rappeler, abrite la CGTB, votre centrale qui est un membre fondateur et un animateur actif de celui-ci. Nous sommes heureux de prendre part à cette cérémonie qui marque l’ouverture du Congrès qui va, nous en sommes convaincus, renforcer votre syndicat et partant la CGTB. Rappelons que l’ancien secrétaire exécutif du REN-LAC, présentement membre d’HONNEUR, le Pr. SONDO Blaise est un militant de votre syndicat sans compter que dans plusieurs localités des militants du SYNTSHA occupent une place importante dans l’animation de nos structures déconcentrées.
Chers congressistes ;
Le secrétariat exécutif du REN-LAC félicite votre Bureau National et l’ensemble des militants qui ont œuvré à la tenue des présentes assises, auxquelles nous souhaitons un franc succès.
Dans la vie d’une organisation, la tenue d’une instance comme le congrès est d’une importance capitale, nous semble-t-il, pour au moins 3 raisons :
– la tenue du Congrès consacre le respect d’un engagement statutaire;
– elle souligne le relèvement d’un défi politique et organisationnel;
– elle constitue enfin une belle occasion de se donner du sang neuf et un autre souffle pour de nouvelles perspectives.
En marge du congrès, vous prévoyez de porter un regard rétrospectif sur les 50 ans de vie et de lutte du SYNTSHA, un des syndicats les plus dynamiques du Burkina Faso, ce qui fera certainement vivre des moments intenses au mouvement démocratique et au Burkina Faso tout entier.

Chers congressistes,
Au Burkina Faso, la corruption prend de l’ampleur. Selon notre dernier sondage sur l’état de la corruption en 2014, 1819 des 2000 enquêtés (soit 91%) estiment que la corruption est fréquente ou très fréquente dans notre pays, pourtant dénommé celui des hommes intègres. En plus, la majorité de ces enquêtés estiment que les pratiques de corruption en 2014 ont augmenté par rapport à 2013. C’est dire combien le sujet mérite notre attention. En la matière, le secteur de la santé n’est malheureusement pas épargné, bien au contraire. Plus grave, les militants des structures syndicales dont peut-être la vôtre, s’y adonnent comme nous l’attestent certaines dénonciations de plus en plus fréquentes ces dernières années. A ce propos le syndicat doit jouer un rôle clé et salvateur pour lutter contre la corruption. En effet, selon nous, aucun militant digne de ce nom appartenant à un syndicat comme le vôtre ne peut se permettre de se vautrer dans cette pratique avilissante. Il y a, nous semble-t-il, des choses incompatibles.
Le REN-LAC suit attentivement certaines pratiques et compte sur votre syndicat et tous ses militants honnêtes pour combattre la corruption dans les services de santé.
Je m’en voudrai de terminer mon propos sans vous inviter à faire de l’année 2016 celle de la mise en œuvre de la loi No 004 du 03 mars 2015 portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso.
Plein succès au 13ème congrès du SYNTSHA et Joyeux cinquantenaire.

Ouagadougou le 27 décembre 2015.

Le Secrétaire exécutif du REN-LAC

Imprimer
Webmaster

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse