Décès du Dr Maxime NIKIEMA : Le REN-LAC perd un combattant de la lutte anti-corruption.

Décès du Dr Maxime NIKIEMA : Le REN-LAC perd un combattant de la lutte anti-corruption.

La mort a encore frappé dans les rangs des militants engagés dans la lutte contre la corruption et pour la défense des libertés. Dr Maxime NIKIEMA, économiste ayant servi en tant que gestionnaire des programmes du Réseau national de lutte anticorruption (REN-LAC) de 2005 à 2012 nous a quittés le dimanche 28 février 2016 après un ultime combat contre la maladie. Il a consacré une partie importante de sa vie à la recherche de la justice, à la lutte contre l’impunité et la corruption au Burkina Faso et partout où il a été sollicité.
Malgré la maladie, il s’est toujours montré disponible en tant que personne ressource aux différentes sollicitations du REN-LAC, notamment pour l’animation de conférences, de séminaires de formation sur la corruption, d’émissions radios et télés… Sa dernière apparition publique avec le Réseau, c’était le 6 août 2015 à la Chambre de commerce et d’industrie de Bobo Dioulasso lors d’un atelier d’échanges sur la contribution du secteur privé à la lutte contre la corruption. Personne ressource après avoir géré les programmes du REN-LAC pendant sept ans, Maxime NIKIEMA a été de tous les combats du Réseau avec ses multiples contributions à la production des rapports sur l’état de la corruption. Il est resté toujours disponible à chaque fois qu’il a été sollicité pour donner son avis sur les grandes préoccupations du Réseau. C’est dire combien l’homme est resté attaché à sa maison, le REN-LAC.
Le camarade NIKIEMA Maxime, familièrement appelé Niki, est né en 1953 à Pitmoaga près de KOKOLOGO.
Etudiant en France, il a continué son activisme militant à travers son adhésion à la sous-section AEVF /UGEV de Bordeaux, il contribuera à l’organisation et à la structuration des sections et sous-sections de l’UGEV. Dans ce cadre, il participera aux luttes pour l’amélioration des conditions de vie et d’études des étudiants, pour le pain et la liberté de façon générale
De retour au pays, sa vie professionnelle sera marquée par des aller-retours entre l’Université de Ouagadougou et le CNRST en tant qu’enseignant chercheur en sciences économiques et militant du SYNTER.

A l’instar de ses camarades syndicalistes, le REN-LAC garde de lui l’image d’un militant dévoué, disponible, intègre, combattif et intransigeant dans la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs.
Dr Maxime NIKIEMA s’en est allé au moment où la nouvelle génération avait encore besoin de son expérience et de son exemple d’abnégation dans la lutte contre la corruption.
Le meilleur hommage que nous pourrions tous lui rendre est de poursuivre avec plus d’abnégation et d’ardeur la lutte anticorruption.
Le Secrétariat exécutif du Réseau national de lutte anticorruption, au nom de l’ensemble des organisations membres du REN-LAC, des membres d’honneur et de l’équipe des permanents adresse à sa famille toutes ses sincères condoléances.
Camarade NIKIEMA, que la terre du Burkina Faso te soit légère ;
Niki repose en paix !

Imprimer
Webmaster

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse