Lutte contre la corruption. Le REN-LAC reçu par la Direction générale des Douanes.

Lutte contre la corruption. Le REN-LAC reçu par la Direction générale des Douanes.

Le Réseau national de lutte anticorruption (REN-LAC) a effectué une visite de courtoisie à la Direction générale des douanes du Burkina Faso le lundi 25 avril 2016. Ce déplacement s’inscrit dans le cadre du renforcement de la collaboration avec les structures étatiques dans la lutte contre la corruption. Le Réseau a saisi cette occasion pour mieux s’imprégner des mesures et réformes déjà opérées ou en cours, au sein de l’administration douanière, en vue de renforcer la lutte contre la corruption.

C’est un Directeur général des douanes entouré de tout son staff qui a reçu la délégation du REN-LAC conduite par son Secrétaire exécutif Dr Claude WETTA qui a exposé d’entrée les motifs de cette visite de courtoisie. Le Directeur général Adama SAWADOGO tout en se réjouissant de l’initiative du REN-LAC et de l’honneur qui est fait à l’Administration douanière a affirmé avoir en projet la même initiative, celle de rendre visite à son hôte du jour. Mais comme le destin a voulu que ce soit le REN-LAC qui devance, leur déplacement sera ajourné.

DSC00146_traitéDes mesures entreprises et des réformes opérées au sein de la Douane au cours de ces dernières années, dans le sens du renforcement de la lutte contre la fraude et la corruption en son sein.

Sur ce point l’Inspecteur Adama SAWADOGO dira que lutte contre la fraude rime avec lutte contre la corruption, REN-LAC et douanes sont engagés dans le même combat. Il est revenu largement sur le Système de liaison virtuelle pour les opérations d’importation (SYLVIE) qui fait grand bruit actuellement dans certains milieux. C’est un guichet unique électronique qui interconnecte 10 Administrations publiques, 13 banques nationales et la BCEAO. SYLVIE a l’avantage de réduire le temps et le délai de délivrance des documents. Toujours sur ce volet le DG des  Douanes soulignera qu’il résout cette désarticulation qui existait entre l’Administration douanière et certains services notamment les impôts, le Ministère du commerce et la Direction générale des transports terrestres et maritimes. Parmi eux certains délivraient des documents sur la base des opérations douanières. D’autres précisions qui concourent à la transparence des opérations douanières ont été fournies, notamment les trois scanners à Ouagarinter, à Bobogare et à l’Aéroport de Ouagadougou. Aussi, le Système de gestion du dédouanement automatisé qui couvre la plupart des procédures de commerce extérieur SYDONIA et COTECNA société spécialisée dans l’inspection des produits et la gestion de contentieux douanier font partie du dispositif.

DSC00140_traitéDu fonctionnement du Comité Anti-Corruption de la douane.

Adama SAWADOGO est formel sur un point, les déclarants en douane sont à recadrer (ils seraient prêts à brader leur rétribution pour certaines raisons), mieux ils doivent être bien formés. Le Comité anticorruption (CAC) des Douanes existe et fonctionne selon le Directeur général. Il se réunit tous les trois mois. Cependant, son fonctionnement est rendu difficile car victime de la conjoncture budgétaire.

Des sanctions prises à l’encontre d’agents des douanes, au cours de l’année 2015, dont la presse a fait cas en début d’année 2016.

« Nous sanctionnons et très bien » foi du directeur général qui estime que le nouveau Statut particulier de la Douane lui donne plus de pouvoir dans ce domaine. Avant il était difficile d’aller au-delà des mutations de poste, les éléments fautifs étant des agents de la Fonction publique. Interrogeant un de ses chefs de service sur la question, Adama SAWADOGO ajoute que ce matin (lundi 25 avril), ils ont un reçu un dossier concernant des douaniers.

 

DSC00139_traitéDes mesures ou reformes en perspectives.

Dans les prévisions, les recettes douanières doivent augmenter en 2016 de 78 milliards de FCFA. Les douanes seront au four et au moulin pour atteindre cet objectif malgré une conjoncture économique difficile quelques mois après une insurrection populaire, un coup d’Etat manqué et une attaque djihadiste.

 Il est difficile à la Douane de réussir sur les questions de bonne gouvernance sans le soutien des uns et des autres, « nous sommes exposés à la corruption » et sans un soutien il n’est pas aisé d’y faire face. La Douane a aussi besoin de geste solidarité et de compassion lors des moments difficiles notamment lorsqu’un douanier trouve la mort dans l’exercice de ses fonctions. Pour ce qui est des résultats du sondage du REN-LAC sur la corruption, la Douane les suit de près selon Adama SAWADOGO, elle souhaite que le classement tienne compte du fait que la douane est un service très exposé à la corruption, ce qui n’est pas le cas des autres. Cependant, il a promis continuer à travailler pour être totalement absent du classement.

Imprimer
b24web

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse