Litige ONATEL SA – Douane : « Que l’Etat burkinabé soit rétabli dans ses droits! »

Litige ONATEL SA – Douane : « Que l’Etat burkinabé soit rétabli dans ses droits! »

L’affaire avait été évoquée en septembre dernier par la presse, l’infraction douanière dont l’ONATEL s’est rendu coupable a fait l’objet d’une conférence de presse ce mercredi 12 octobre 2016 au siège du Réseau national de lutte anticorruption (REN-LAC) à Ouagadougou. La rencontre avait pour ambition d’éclairer les Hommes de média sur le litige opposant l’ONATEL à la douane. Elle a été animée par le Secrétaire exécutif adjoint Sagado NACANABO, appuyé de Rabiatou SIMPORE Secrétaire à l’information et à la communication et Bruno KERE chargé de plaidoyer et de lobbying.

 dsc01238_traiteAu cours de cette conférence de presse, il a été question pour le REN-LAC d’apporter des éclaircissements au sujet des manquements dont a fait preuve l’ONATEL. En effet la situation d’illégalité fiscale et douanière de ladite société avait été constatée depuis l’année 2011 après un contrôle de la direction générale des douanes. Un non acquittement des droits et taxes de douane des équipements et matériels de TELMOB SA lors de la fusion absorption avec ONATEL SA serait à la base d’une telle situation.

« Pourquoi accepter des millions et refuser des milliards ? »

 Si l’on considère rien que la peine d’amende, l’Etat Burkinabé est en droit de réclamer à l’ONATEL SA environ 70 milliards de francs CFA pour ces manquements. Et c’est en lieu et place d’une telle somme que le Ministre en charge de l’économie et des finances a instruit de percevoir la somme dérisoire de 100 millions de francs CFA ! Pourquoi ? Ou plus exactement contre quoi ? 

dsc01200_traiteA travers une déclaration liminaire sur le sujet, le REN-LAC a  tenu à faire part aux journalistes de ses préoccupations et ses observations concernant la gestion de l’affaire et l’implication de certaines autorités du gouvernement. Le gouvernement a été saisi et la prise de plusieurs mesures s’impose dira le REN-LAC.

La perception des droits et taxes de douanes, un contrôle complémentaire, une réévaluation du matériel en question, la prise de sanctions dissuasives, l’élucidation du rôle des différents acteurs, telles sont les revendications du REN-LAC adressée au ministre de l’économie et des finances.

dsc01223_traite1Au regard donc de cette infraction fiscale et douanière de l’ONATEL SA, le préjudice subi par l’Etat burkinabé s’élèverait à plusieurs milliards de francs CFA. Le REN-LAC a pendant la conférence de presse lancé un appel à tous les burkinabé afin que cette affaire soit suivie de près et continuer la lutte contre la corruption. Que l’Etat burkinabé soit rétabli dans ses droits ! Tel est le dénouement que la structure attend de ce litige opposant l’ONATEL à la direction générale des douanes.

Imprimer

Webmaster

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse