Lutte contre la corruption dans les Hauts-Bassins : Les partenaires techniques et financiers du REN-LAC s’imprègnent du dynamisme du CRAC des Hauts- Bassins.

Lutte contre la corruption dans les Hauts-Bassins : Les partenaires techniques et financiers du REN-LAC s’imprègnent du dynamisme du CRAC des Hauts- Bassins.

Une délégation constituée des responsables du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) et ses partenaires techniques et financiers (Diakonia, la KFW, la coopération danoise et la coopération suisse) a séjourné du 08  au 10 décembre 2016 à Bobo-Dioulasso. Cette visite s’inscrit dans le cadre des missions de suivi-évaluation des activités des démembrements du REN-LAC sur le terrain.  

dsc01850-traiteLa délégation a fait d’une pierre deux coups en suivant de près les activités du CRAC des Hauts- Bassins et en participant dans la capitale de Sya à la célébration de la journée internationale de la lutte contre la corruption. Le jour de leur arrivée, jeudi 08 décembre, les membres du REN-LAC et les partenaires techniques et financiers ont  échangé dans l’après-midi avec le premier responsable de la région Monsieur Antoine ATIOU. La délégation était conduite par le Secrétaire exécutif adjoint du REN-LAC  Sagado NACANABO,  les échanges ont porté entre autres sur la célébration de la journée internationale de la lutte contre la corruption ce 09 décembre et les efforts du réseau en matière de lutte contre la corruption dans la capitale économique du Burkina Faso.

Le Gouverneur des Hauts-Bassins disposé à accompagner le REN-LAC

dsc01854_traiteLe gouverneur de la région des Hauts Bassins  M. Antoine ATIOU, se réjouissant de cette démarche, a salué et reconnu  les efforts  du réseau en matière de lutte contre la corruption. Pour lui aucune collectivité ne peut se développer dans « cette plaie » qu’est la corruption. Et  de son avis, le REN-LAC, en mettant le « doigt dans cette  plaie » est parvenu à faire régresser cette gangrène. Tout en relevant  néanmoins la persistance du phénomène, il a pour ce faire, appelé l’Etat à travailler afin de sortir le pays de cette plaie. M. ATIOU a par ailleurs rassuré de sa disponibilité et de son accompagnement au réseau, sur d’éventuelles saisines des cas de corruption dans sa localité.

Les représentants des partenaires techniques et financiers, ont  pour leur part, reconnu unanimement que la corruption constitue un frein au développement du pays. Ils ont également félicité le gouverneur pour son accompagnement au CRAC des Hauts Bassins. Les représentants des PTF ont par ailleurs réaffirmé leur engagement à soutenir le REN-LAC dans sa noble mission qu’est la lutte contre la corruption. En fin de journée, le REN-LAC et ses partenaires techniques et financiers ont pu assister à un théâtre-forum organisé à la Place Tiéfo AMORO, activité conjointement menée avec l’ASCE-LC, l’OJD, le RAJIT, le RBJLI et le PNUD. Le titre de la pièce : La gangrène de Lalou. Elle caricature les conditions opaques d’attribution des marchés publics et leur mauvaise exécution.

Le dynamisme du CRAC des Hauts-Bassins salué

dsc01849_traiteDans l’après-midi du 09 décembre, après le grand panel sur la loi anticorruption, partenaires techniques et financiers, REN-LAC et CRAC des Hauts Bassins ont pu échanger avec les bénéficiaires des actions du REN-LAC dans un premier temps et dans un second temps avec les organisations membres présentes dans la région. Le partage des expériences entre bénéficiaires des actions du REN-LAC et membres de la délégation  est riche d’enseignement. Le jeune bureau du CRAC des Hauts-Bassins après deux années de travail produit déjà des résultats en matière de lutte contre la corruption. Une action coordonnée du CRAC avec des groupements d’enseignants et des parents d’élèves a permis de démanteler dans la localité de Léna à quelques encablures de Bobo-Dioulasso un vaste réseau de vente de places dans un établissement secondaire public. Aussi une autre mauvaise pratique a cessé d’exister dans l’établissement incriminé. Alors que les textes de l’Union nationale des parents d’élèves autorisent les établissements à ne percevoir qu’au plus 5000 FCFA comme contribution des parents d’élèves, à Léna les premiers responsables de l’établissement d’enseignement public percevaient 25 000 FCFA par élève auprès des parents. Cette somme servaient selon leurs dires à payer les vacations des enseignants, l’Etat ne reversant sa contribution que très tardivement. Les investigations du CRAC ont permis de savoir que l’intendant avait fait un trou de deux millions de francs dans sa gestion et comptait sur les parents dsc01865_traited’élèves pour le boucher. L’inspection de l’enseignement a été saisie et a poursuivi les enquêtes au sein de l’établissement. Les parents d’élèves sont dans la foulée entrés en possession de leur dû. Ce succès du CRAC a même fait des émules et les parents d’élèves des collèges d’enseignement publics voisins victimes du même type d’arnaque ont réclamé leur argent.

Autre action saluée par les partenaires et le REN-LAC, les investigations du CRAC qui ont permis de mettre fin au racket des forces de sécurité sur l’axe Bobo-Bama et les détournements des fournitures scolaires dans les établissements de Bama. Les actions du CRAC l’ont conduit à s’intéresser également aux questions de lotissement dans la ville de Bobo.

Les actions de sensibilisation du CRAC notamment les conférences publiques, les émissions, les vidéo et thés débats ont également été appréciées des visiteurs du jour. Les difficultés ne manquent pas, aussi le CRAC a souhaité la mise à sa disposition d’un animateur permanent (les autres membres du bureau étant des bénévoles). Requête justifiée aux yeux des partenaires techniques et financiers.

Imprimer

Webmaster

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse