Bande dessinée Kouka à l’école primaire. Les vertus morales et civiques au niveau des élèves sont renforcées selon Lassané BADINI.

Bande dessinée Kouka à l’école primaire. Les vertus morales et civiques au niveau des élèves sont renforcées selon Lassané BADINI.

Pour l’obtention du diplôme d’Inspecteur de l’enseignement du premier degré, Lassané BADINI a défendu son mémoire de fin de formation sur le thème : « Contribution de la bande dessinée Kouka à l’éveil de la conscience citoyenne: stratégies d’optimisation de son exploitation en éducation morale et civique au CE/CM ». Les conclusions de son étude ont été présentées à un jury présidé par Dr Landry YAMEOGO assisté de Mme Laeticia DOAMBA, le lundi 05 juin 2017  à l’Ecole normale supérieure de Koudougou.

Le choix opéré, pour l’obtention de son diplôme, a porté sur l’exploitation pédagogique de la bande dessinée (BD) Kouka, plus précisément, sur sa contribution à l’éveil de la conscience citoyenne. Le mémoire a été dirigé par Dr Claude WETTA Secrétaire exécutif du REN-LAC. Trois résultats majeurs sont attendus par le candidat au terme de cette production. Premièrement la sensibilisation et l’implication de toute l’administration scolaire dans la chaine de promotion de la BD Kouka. Deuxièmement, l’accroissement notable de la quantité des BD Kouka à chaque parution. Au niveau des acteurs enfin, un usage formel de la bande dessinée Kouka est décrété, ce qui lui donnera un statut de support didactique lors des séances d’éducation morale et civique et au-delà, à travers d’autres disciplines telles la lecture, l’expression orale et écrite, etc.

La Bande dessinée Kouka « puissant vecteur de moralisation »

Ce support se distingue des autres bandes dessinées par son objet soutient Monsieur BADINI. En effet, au-delà de son caractère ludique, la BD Kouka constitue un puissant vecteur de moralisation avec un contenu qui fait l’apologie des vertus sociales tout en blâmant les inconduites de tous ordres. Force est de reconnaitre cependant que l’exploitation pédagogique qui en est faite reste  insatisfaisante constate l’impétrant. Comment donc faire en sorte que les potentialités contenues dans cette bande dessinée soient mieux exploitées au bénéfice des élèves du primaire ? L’élève Inspecteur Lassané BADINI par ailleurs Président du Comité régional anticorruption Nord a tenté de répondre à ces différentes questions.

Il a  émis une hypothèse principale : l’emploi de la bande dessinée Kouka en EMC (Education morale et civique) renforce les vertus morales et civiques au niveau des élèves de l’école primaire.

De cette hypothèse principale, découlent trois hypothèses secondaires :

Les enseignants ne se sentent pas liés à la bande dessinée Kouka, ni enclins à son emploi comme support pédagogique du fait de son mode d’écoulement qui reste informel ;

Les élèves ont un fort attrait pour la bande dessinée Kouka ;

La bande dessinée Kouka obéit à une exploitation pédagogique en EMC.

La région du Nord  a servi de terrain d’étude.

L’enquête a couvert la commune de Ouahigouya composée de quinze (15) secteurs et de trente-sept (37) villages environnants. Cette zone territoriale qui est le chef-lieu de la région du nord comprend les Circonscriptions d’Education de Base de Ouahigouya 1, 2, 3 et 4.

Elle s’est effectuée en privilégiant trois instruments de collecte de l’information : utilisation de questionnaires, entretiens, mais aussi expérimentation. Les données ont été collectées auprès d’un échantillon de cinq cent dix (510) personnes regroupant des encadreurs pédagogiques, des directeurs d’école, des enseignants, des élèves et des parents d’élèves. Elles ont aussi concerné les gestionnaires de bibliothèques de la ville de Ouahigouya. Il a fallu également se rendre à Ouagadougou pour recueillir les avis des scénaristes, des dessinateurs et des responsables du Réseau National de Lutte Anti-Corruption (REN-LAC). Enfin, une expérimentation de l’enseignement de l’EMC à partir de la BD Kouka a été menée dans huit (8) classes à Ouahigouya.

Briser la barrière institutionnelle permettra à la Bande dessinée de décoller.

Les hypothèses émises par Monsieur BADINI ont été confirmées après l’analyse des données. L’hypothèse principale qui stipule que l’emploi de la bande dessinée Kouka en EMC renforce les vertus morales et civiques au niveau des élèves de l’école primaire est à son tour confirmée.

Toutefois des obstacles d’ordre institutionnel et la modeste capacité financière du REN-LAC à répondre aux besoins quantitatifs de la demande en BD, peuvent constituer des entraves à la mise en œuvre efficiente de cette approche. C’est pourquoi il a  proposé une série d’actions à entreprendre par les responsables du REN-LAC auprès du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, afin d’aplanir ces difficultés. D’abord, réussir à dissiper les réticences de certains acteurs éducatifs vis-à-vis de la BD Kouka en brisant la barrière institutionnelle. Une démarche du REN-LAC auprès du MENA afin d’officialiser l’exploitation de cette bande dessinée représente un gage de bonnes perspectives.

Toujours de la part du REN-LAC, mener un plaidoyer auprès du MENA pour parvenir à une stratégie de vulgarisation de la BD Kouka au sein des établissements primaires. Un sous-thème de conférence pédagogique annuelle des enseignants portant sur l’exploitation pédagogique de la BD Kouka pourrait être envisagé.

Par ailleurs, l’amélioration du design de la BD Kouka, l’accroissement substantiel de la quantité par tirage pour la vulgariser au-delà des 85% des provinces du Burkina couvertes de nos jours, tout ceci devrait être un défi permanent pour les responsables du REN-LAC.

Enfin, et en attendant l’aboutissement de toute démarche pour une introduction officielle de la BD Kouka en classe, le candidat suggère aux enseignants de prendre des initiatives individuelles.

A l’issue de la présentation, et après délibération le jury a décidé d’accorder la mention Très Bien à Lassané BADINI pour la qualité de son travail.

Imprimer

Webmaster

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse