Déclaration liminaire à la conférence de presse sur la mauvaise gestion des parcelles de boutiques, hangars et commerces à Toécin-Yaar

Déclaration liminaire à la conférence de presse sur la mauvaise gestion des parcelles de boutiques, hangars et commerces à Toécin-Yaar

Chers amis de la presse et partenaires de lutte contre la corruption,

Mesdames et messieurs,

 Le Secrétariat Exécutif du REN-LAC et l’ensemble des permanents vous remercient une fois de plus pour votre présence à cette conférence de presse dont l’objet porte sur la gestion scandaleuse des parcelles de boutiques, hangars et autres commerces  à Toecin-Yaar lors d’une opération d’attribution sur  un nouveau site.

Mesdames et messieurs,

Le nouveau site de Toécin-Yaar a été aménagé dans le cadre d’un projet dénommé « Projet participatif d’aménagement du secteur 20 de Ouagadougou et du quartier Ahouansori de Cotonou au Bénin». Il a été financé à travers un contrat de subvention signé le 17 décembre 2010 entre la commission de l’Union européenne et la mairie de Ouagadougou. C’est donc dans la perspective de l’aménagement et de l’acquisition de places sur le nouveau site du marché, que des commissions de recensement et d’attribution ont été mises en place par les autorités locales de l’ex-arrondissement de Sig-Nonghin. Ainsi, à la suite de trois recensements effectués, c’est environ 3 300 places qui ont été aménagées. Au moment où la commission demandait aux commerçants de regagner le nouveau site, certains d’entre eux n’avaient toujours pas de places, sur le nouveau marché malgré le surplus de 701 places.

Des personnes recensées depuis 2013, sont toujours dans l’attente d’obtenir une place tout en faisant l’objet de menaces de déguerpissement.

Cette situation est donc inacceptable pour certains commerçants de Toecin-Yaar, qui estiment que les commissions et les autorités municipales ont organisé « un racket des commerçants à travers les différentes sommes d’argent reversées aux agents recenseurs, le détournement, le vol puis la vente illégale de boutiques et hangars à leur profit et au détriment des commerçants prédestinés ».

Depuis plus d’une année, des commerçants et occupants de boutique de Toecin-Yaar à Tampouy (Ouagadougou) protestent et donnent de la voix. Ils ne savent plus à quel saint se vouer après l’arnaque dont ils ont été victimes de la part des autorités de l’arrondissement 3. Sous la conduite de la coordination des Comités de défense et d’’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) de l’ex arrondissement de Sig-nonghin, ils ont saisi à cet effet plusieurs instances aussi bien du côté de l’administration que du côté de la société civile dont le REN-LAC pour enfin espérer être rétablis dans leurs droits.

Le REN-LAC après avoir été saisi par la coordination des CDAIP Sig-nonghin le 20 mai 2016, sur ces nombreuses malversations à Toecin-Yaar, a organisé plusieurs actions.

D’abord, des demandes d’audience auprès de la délégation spéciale puis au nouveau maire de l’arrondissement N°3 mais ces demandes sont restées vaines.  Ensuite, une requête adressée en Janvier 2017 au Ministre en charge de l’administration territoriale qui aboutira à une mission d’investigation réalisée par l’inspection technique des services du Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation du 25 au 27 janvier 2017.

Ces investigations ont abouti à des constats d’irrégularités qui confirment bien les informations déjà collectées par le REN-LAC, sur le manque de transparence dans l’attribution des parcelles.

Il ressort clairement, que pendant que certains commerçants n’ont pas été recensés au motif qu’ils ne sont pas propriétaires, des personnes n’exerçant pas la profession de commerçant ont été recensées. Ces acquéreurs illégitimes, au nombre de 524, se composent de conseillers municipaux entrant et sortant, de membres de la commission d’attribution, de policiers municipaux, de membres de Comité de Développement du secteur 20 (CDS), des agents de la mairie, de chefs coutumiers etc. Pour le REN-LAC ce partage léonin est révoltant et économiquement contre-productif.

On comprend donc aisément pourquoi plus de 200 parcelles ont fait l’objet de transaction à des prix allant de 250 000 FCFA à 4 900 000 FCFA selon le rapport de l’inspection.

Les différents manquements relevés  dans ce processus d’attribution des parcelles de boutiques, hangars et commerces à Toécin-Yaar dans l’Arrondissement n°3 de Ouagadougou sont entre autres:

  • Corruption ;
  • Enrichissement illicite ;
  • Abus d’autorité ;
  • Favoritisme ;
  • Fraude ;
  • Conflits d’intérêts entre individus ;
  • Manque de transparence ;
  • Collusion ;
  • Opacité des opérations de recensement et d’attribution ;
  • Détournement des fonds collectés.
  • Etc.

Mesdames messieurs les journalistes

A la lumière de ces manquements, plusieurs recommandations ont été faites aux autorités notamment:

  • la mise en place d’une commission ad’hoc chargée de réexaminer les listes de recensement et d’attribution des parcelles ;
  • le retrait de toutes les parcelles attribuées à des personnes qui n’exercent pas la profession de commerçants au marché de Toécin-Yaar ;
  • les poursuites contre les auteurs et complices des attributions irrégulières et de mauvaise gestion ;
  • la suspension du déguerpissement des commerçants de l’ancien site du marché de Toécin-Yaar ;

Le REN-LAC tout en saluant la mission d’investigation diligentée par le Ministère en charge de l’Administration territoriale, interpelle les autorités à donner foi au slogan « tolérance zéro  à la corruption » en mettant en œuvre les recommandations de la mission d’inspection. Il est attendu que des mesures immédiates soient prises pour restaurer dans leur droit, les commerçants dépouillés de leur moyen d’existence par des corrompus de tout bord.

Nous estimons donc qu’il est inconcevable que des rackets comme ceux de Toecin-Yaar restent sans réponse appropriée en dépit des discours proclamés  par les autorités à lutter contre la corruption.

Dores et déjà, au regard du mutisme des autorités dans la mise en œuvre des recommandations, le REN-LAC entend jouer sa partition en portant l’affaire devant les juridictions compétentes.

De même, il appelle toute la population de la ville de  Ouagadougou à participer massivement à la marche meeting commémorative du 3ème anniversaire de l’insurrection populaire, le 04 novembre 2017 à partir de 8h00 à la place de la Révolution. C’est l’occasion pour le REN-LAC  et tous ceux qui sont engagés dans la lutte contre la corruption de se mettre aux côtés d’autres organisations pour dire « Non » à l’impunité des crimes économiques et de sang de tout genre au Burkina Faso et appeler à une gouvernance saine et vertueuse au service du peuple.

Je vous remercie.

Imprimer

Webmaster

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse