12e édition Journées nationales du refus de la corruption. La jeunesse de Sig-noghin galvanisée

12e édition Journées nationales du refus de la corruption. La jeunesse de Sig-noghin galvanisée

Dans le cadre des journées nationales de refus de la corruption, la CCVC de Sig-nonghin a tenu un thé débat très enrichissant le 07 décembre 2017 à Ouagadougou (Tampouy). Les animateurs étaient ZONGO Wamkoudougou Secrétaire Général de la coordination des CDAIP Signonghin et de l’ODJ Sig-nonghin et de RABO Adama responsable à l’organisation de la coordination du CDAIP Signonghin. Avec une quinzaine de participants, ce thé-débat était riche en échanges.

Les jeunes du quartier de tampouy ont répondu présent à l’invitation des associations. Le thème du thé débat portait sur « le rôle de la jeunesse dans la lutte contre l’impunité des crimes économiques et de sang ». Les participants ont été dotés d’outil contre la corruption ainsi que tous ces rouages. Au cours des échanges, les animateurs ont évoqué des exemples assez illustratifs des résultats du travail abattu par le REN-LAC et par le gouvernement. L’affaire du SIAO, l’affaire du CSC, et l’affaire de Toécin-Yaar et beaucoup d’autres réalisations du REN-LAC prouvent l’impunité des faits de corruption est en baisse au Burkina Faso. Mais la peur de la dénonciation revient toujours, et pour rassurer les participants, les animateurs ont souligné que cela se faisait anonymement par le biais du numéro vert qui est le 80 00 11 22. Avec assurance, les animateurs ont invité les participants  à avoir le courage de la dénonciation, car c’est cela qui aidera notre pays à venir à bout de cette lutte contre la corruption et l’impunité des crimes économiques et de sang.

Une jeunesse engagée et prête à poursuivre le combat contre la corruption

La qualité des échanges, a permis d’aguerrir en matière de lutte contre la corruption ces jeunes participants à ce thé-débat. Ils ont manifesté leur engagement à mener la lutte partout où ils seront. Les causes de la corruption et ces conséquences ont été discutées en long et en large. Des exemples vécus par certains des participants ont été également cités mais par peur de dénoncer et d’avoir des problèmes, ils ont gardé le silence. Mais grâce aux échanges, ils ont compris qu’il y a rien à craindre en dénonçant un cas de corruption. En présence  du porte-parole CDAIP du marché  de Toecin, le débat a beaucoup tourné autour de l’actualité dudit marché. Jusqu’à nos jours, le problème est d’actualité.

Imprimer

Webmaster

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse