Littérature : le REN-LAC fait le bilan de ses 20 années d’existence à travers un livre

À l’occasion de la cérémonie de clôture de sa 20e Assemblée générale ordinaire le 28 mai dernier, le Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC) a procédé à la présentation d’un livre sur ses 20 années d’existence. Cette œuvre, écrite au style personnifié, s’intitule 20 ans d’existence : Le Réseau vous conte sa vie.

C’est le 20 décembre 1997, au lendemain d’une conférence internationale, sur les droits humains, organisée à Ouagadougou, à l’initiative de l’Union interafricaine des Droits de l’Homme (UIDH), qu’une vingtaine d’organisations de la société civile burkinabè ont créé le Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC).

Lors de son vingtième anniversaire commémoré les 19 et 20 décembre 2017 autour du thème « Le REN-LAC, 20 ans de vie, 20 ans de lutte contre la corruption et l’impunité aux côtés du Peuple : acquis, défis et perspectives« , le Réseau a entrepris, conformément aux recommandations, d’écrire un livre pour capitaliser ses 20 années de vie et de lutte en faveur d’une société burkinabè débarrassée de toute forme de corruption.

Désormais, cette capitalisation est une réalité avec la parution d’un livre intitulé 20 ans d’existence : Le Réseau vous conte sa vie.

Porter un regard critique sur l’avenir

Profitant donc de la cérémonie de clôture de sa 20e Assemblée générale tenue le 28 mai dernier, le REN-LAC a dédicacé l’œuvre d’un volume de 144 pages, subdivisée en trois (03) parties de 10 chapitres.

La première partie intitulée « Les grandes étapes de ma vie : un accouchement sans douleur, mais un parcours de combattant » traite du contexte de création du REN-LAC (Chapitre I), de l’organisation et de la gouvernance interne du Réseau (chapitre II), ainsi que du Partenariat divers (chapitre III). Elle met en exergue les débuts difficiles de l’ONG locale de lutte anti-corruption. On peut y lire ceci : « Une certaine opinion, au sein de la population, avait des récriminations contre moi à mes débuts. Cela se justifie non seulement par la farouche volonté de certains citoyens de me vouer aux gémonies, parce qu’ils estimaient que je les empêchais de tourner en rond, mais aussi à travers le scepticisme de bon nombre d’enquêtés quant à ma capacité d’aller jusqu’au bout. Certains m’accuseront même d’être un réseau de corrompus et de voleurs. Dans le milieu des commerçants, l’on trouve que je suis un trouble-fête. »

La deuxième partie porte sur les principales activités depuis la création du Réseau. Elle est consacrée aux actions majeures annuelles (chapitre I), aux actions de sensibilisation ponctuelles (chapitre II), aux saisines et actions de plaidoyer et de lobbying (chapitre III), et à la participation aux luttes du Peuple burkinabè (chapitre IV). Les activités traditionnelles telles le rapport sur l’état de la corruption, les Journées nationales du Refus de la Corruption (JNRC), le Prix de la Lutte anti-corruption (PLAC), la Bande dessinée Kouka y sont développées.

La troisième et dernière partie parle de la crédibilité de la structure (chapitre I), des difficultés rencontrées dans la lutte contre la corruption (chapitre II) et de l’avenir, à savoir le REN-LAC de demain (Chapitre III).

Quelques anecdotes

En plus des trois parties décrites, le livre comporte un petit album photo, des annexes sur les premiers statuts adoptés le 20 décembre 1997, les portraits des premiers responsables de 1997 à 2017 et quelques anecdotes sur la vie du Réseau.

Il a été préfacé par le Contrôleur général de L’État, Luc Marius Ibriga et écrit par Lézin Didier Zongo, journaliste, et Salif Yago, inspecteur de l’enseignement secondaire. Deux retraités et personnes ressources du REN-LAC à qui le Secrétaire exécutif, Sagado Nacanabo, n’a pas manqué de traduire ses reconnaissances pour « leur dévouement et leur accompagnement constants » des activités de sa structure. Des remerciements adressés également à « tous ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à l’écriture de cette oeuvre, en acceptant se prêter aux entretiens et en mettant à la disposition des écrivains la documentation nécessaire. »

Infos utiles

Prix : 2000 Francs CFA.

Le livre est disponible à Ouagadougou au siège du REN-LAC et en région (Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya, Fada N’Gourma, Gaoua) aux sièges des Comités régionaux anti-corruption (CRAC).

Rodrigue TAGNAN

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse