Claude Wetta, une vie au service de la lutte anti-corruption

Ce vendredi 30 juillet 2021, le Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC) a organisé une cérémonie hommage à la mémoire du Dr. Claude Roger Wetta, membre d’honneur et ex Secrétaire exécutif du REN-LAC, décédé à Ouagadougou le 11 juillet dernier des suites de maladie. A l’occasion, un message d’hommage a été lu, au nom du Secrétaire exécutif du REN-LAC, par son adjoint François Moyenga.

Selon le Secrétaire exécutif adjoint, François Moyenga, le REN-LAC a engrangé de nombreux acquis durant les deux mandats du Dr. Claude Wetta dont le plus important reste l’adoption de la loi anti-corruption sous la transition politique en 2015.

Claude

Le 10 avril dernier, une délégation du REN-LAC est passée te rendre visite chez toi à domicile pour s’enquérir de tes nouvelles, vu que tu étais alité courant février par une maladie. Accompagné de ton épouse, tu nous expliquais, avec ce brin d’humour qui te caractérisait, combien tu as eu chaud ! Et ensemble, nous avions rigolé, nous disant que le pire était désormais derrière nous.

Du reste, quelques jours plus tard, le 21 avril, tu es même passé ici au siège pour prendre part à l’ouverture de notre centre de documentation, en tant que Directeur du Centre de Formation et de Recherche anti-corruption (CFRAC) du REN-LAC. Au cours de cette dernière activité publique à laquelle tu participais au REN-LAC, nous avons parlé des perspectives du CFRAC, de son développement pour en faire un centre de référence au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest.  Nous avons parlé du futur, du REN-LAC de demain, une réflexion à laquelle tu t’étais consacré, avec ton ami et compagnon, le Dr. Mafing Kondé, lors du symposium tenu les 19 et 20 décembre 2017 sur les 20 ans du REN-LAC. A cette occasion, il était question, selon vous, d’aller au-delà des chantiers battus. Ce à quoi nous nous attelons aujourd’hui, mes collaborateurs et moi.

Claude

C’est dans la dynamique de reprendre tes activités militantes que tu seras, de nouveau, admis, contre toute attente, à l’hôpital le 27 juin 2021. A la suite de nos déplacements individuels informels pour prendre de tes nouvelles, une délégation du REN-LAC s’était constituée pour passer te rendre visite le dimanche 11 juillet à partir de 11h00. Malheureusement ! Cette visite n’aura plus lieu car nous nous sommes réveillés au petit matin de ce jour avec le cœur meurtri par la triste nouvelle de ta disparition. Celle-ci fut difficile à encaisser, tant nous caressions l’espoir de te voir recouvrer la santé et d’être de nouveau parmi nous.

Claude

Né le 11 janvier 1952 à Abidjan, République de Côte d’Ivoire, tu as consacré les dix-sept (17) dernières années de ta vie militante à la lutte contre la corruption et la mal gouvernance, deux fléaux qui gangrènent la société burkinabè et freinent son développement économique et social. Économiste et enseignant-chercheur, tu t’es engagé sur le plan syndical, dès ton admission à l’Université de Ouagadougou en octobre 1984, au sein du Syndicat national des Travailleurs de l’Éducation et de la Recherche (SYNTER), un des huit (08) syndicats professionnels qui constitueront la Confédération générale du Travail du Burkina (CGT-B) en 1988.

C’est en tant que représentant de la CGT-B, organisation membre fondateur du REN-LAC que tu seras envoyé par tes camarades sur le front de la lutte anti-corruption. Elu pour la première fois lors de la 5ème Assemblée générale du REN-LAC tenue les 26 et 27 mars 2004 au poste de Trésorier adjoint (TA), tu resteras au total quinze (15) ans dans le Secrétariat exécutif : trois ans comme Trésorier adjoint, six ans comme Secrétaire exécutif adjoint (SEA) et six ans comme Secrétaire exécutif (SE).  En effet, la 13e Assemblée générale ordinaire du REN-LAC tenue le 10 mai 2013 te confiera le flambeau de la lutte anti-corruption que tu porteras pendant six ans, soit deux mandats, de 2013 à 2019, avant de passer le témoin à un autre.

Au cours de la 19e Assemblée générale ordinaire tenue les 25 et 26 avril 2019 où tu me passeras le témoin en tant que ton adjoint pendant tes six années passées à la tête du Réseau, tu te verras élever au rang de Membre d’Honneur du REN-LAC à l’unanimité des participants.

La cérémonie d’hommage s’est tenue au siège du REN-LAC en présence des membres de la famille, des amis, collègues, collaborateurs et camarades du Dr. Claude Wetta

Claude

Durant tes deux mandats de Secrétaire exécutif, tu as tenu haut le flambeau de la lutte anti-corruption confié par tes prédécesseurs, en œuvrant au développement institutionnel du REN-LAC.

Sous ton mandat, le REN-LAC a engrangé de nombreux acquis en matière de lutte anti-corruption dont le plus important reste la loi n°004-2015/CNT portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso, appelée communément loi anticorruption. C’est cette loi qui permet aujourd’hui à notre organisation d’entreprendre des actions judiciaires contre les auteurs des crimes économiques.

L’opinion se souviendra également qu’au nom du REN-LAC, tu cheminais aux côtés des responsables d’autres organisations de masse engagées dans la lutte contre l’impunité des crimes économiques et de sang, au sein de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, l’impunité et pour les libertés (CCVC).

Ton engagement au sein du REN-LAC a été sans faille. Même après avoir quitté le Secrétariat exécutif en 2019, tu te montrais toujours disponible pour les activités du Réseau, te consacrant avec enthousiasme aux activités de formation et de recherche à travers le Centre de Formation et de Recherche anti-corruption (CFRAC), puisque tu assumais la fonction de Directeur de cette nouvelle structure qui venait d’être promue par le REN-LAC.

C’est dire combien ton départ prématuré constitue pour nous et l’ensemble des acteurs de la lutte anti-corruption une perte inestimable. Il laisse en chacun de nous un vide immense.

Tous les permanents du REN-LAC qui t’ont connu diront de toi que tu savais prendre de la hauteur par rapport à la pression du travail. Tu es celui qui savait trouver des anecdotes intéressantes pour détendre l’atmosphère pendant les périodes de tension, toujours avec la même dose d’humour que l’on te connaissait.

Tu étais un homme apprécié par l’ensemble de tes collaborateurs, et aussi un des responsables les plus connus du REN-LAC par le grand public. Même quand tu assurais d’autres missions, tu étais toujours vu par beaucoup comme le Monsieur du REN-LAC.

Claude

Nous avions ensemble fait tant de choses au REN-LAC, partagé tant de projet et tant d’espoirs, mais aussi les soucis quotidiens liés au fonctionnement de la maison. Il y a aussi tant de choses que nous aurions voulu poursuivre ensemble. Mais voilà que tu nous as quitté. Si cela semble s’arrêter aujourd’hui parce ce n’est plus ensemble que nous allons réaliser ces projets, nous prenons le serment de toujours nous souvenir de toi et de continuer de travailler à tout ce que tu attendais et espérais.

Pour paraphraser la jeune philosophe française Simone Adolphine Weil, je dirai qu’il restera de toi, de ton jardin secret, une fleur oubliée qui ne s’est pas fanée. Ce que tu as donné, en d’autres fleurira. Il restera de toi ce que tu as offert, que tu as attendu plus loin que les réveils. Il restera de toi une larme tombée, un sourire germé sur les yeux de ton cœur. Il restera de toi ce que tu as semé. Et ce que tu as semé, en d’autres germera.

Claude

En cette matinée du vendredi 30 juillet, te voilà revenu au REN-LAC pour un dernier adieu, en présence des membres du Secrétariat exécutif, des Membres d’Honneurs, permanents, représentants d’organisations membres, de Comités régionaux anti-corruption, des PTF, des structures publiques de lutte contre la corruption, des Corps de contrôle, d’organisations sœur de la Société civile, etc.

Ces hommes et femmes, qui t’ont côtoyé, sont réunis aujourd’hui au siège du Réseau, non pas pour t’entendre prononcer un discours ou animer une activité publique comme autrefois, mais pour te rendre un dernier hommage mérité.

De la gauche vers la droite, Marie Béatrice Tassimbedo Tapsoba (Présidente/CENTIF), Sagado Nacanabo (SE/REN-LAC), Dr. Claude Wetta (Membre d’Honneur, ex SE/REN-LAC et Directeur du CFRAC) et Habibou Tapsoba (Experte en gouvernance/PGEPC), le 21 avril 2021, à l’ouverture officielle du centre de documentation du REN-LAC.

A la grande famille Wetta

A ton épouse Micheline et à tes quatre enfants,

Au nom du REN-LAC, je présente mes condoléances les plus attristées

Je leur souhaite beaucoup de courage dans cette dure épreuve et les rassure qu’ils pourront toujours compter sur le REN-LAC.

Claude

Combattant de la lutte anti-corruption, le REN-LAC est fier de ce que tu as pu accomplir en son sein.

De là où tu es désormais, sois fier de dire que tu t’es battu, jusqu’à ton dernier souffle, pour l’avènement d’une société burkinabè engagée, dans son ensemble, pour la défense et la promotion de l’intégrité et de la bonne gouvernance, conformément à la vision du REN-LAC.

Dis-leur que même si tu n’es pas arrivé à tes fins, car la corruption demeure une gangrène pour le Burkina Faso, tu as laissé des hommes, des femmes et surtout des jeunes ici présents qui ont repris le flambeau de cette lutte ô combien harassante mais noble.

Va en paix combattant,

Adieu Claude !

Adieu prédécesseur !

Repose en paix SE !

Ouagadougou le 30 juillet 2021

print
Webadmin

Des articles qui pourraient vous intéresser
Laisser une réponse